Apprenance - Entreprenance - Intelligence-collective

Apprenance - Entreprenance - Intelligence-collective

ET SI JE SORTAIS DE LA BOITE (décembre 2016)

 

Comment sortir de la boîte ? Comment arrêter de se laisser piéger par son propre aveuglement, ses propres croyances, de se laissez envahir de tout le pessimisme ambiant et de toutes les informations fausses que le monde environnant nous rabat à chaque seconde ?. Nous prenons tout cela pour le réel parce que c'est dans cela que nous baignons chaque jour. Pire encore puisque nous avons été conditionné à ne voir que ça. 

              La caverne de Platon 

 

"Figure-toi, écrit Platon, des hommes dans une demeure souterraine, en forme de caverne, ayant sur toute sa largeur une entrée ouverte à la lumière ; ces hommes sont là depuis leur enfance, les jambes et le cou enchaînés, de sorte qu’ils ne peuvent bouger ni voir ailleurs que devant eux, la chaîne les empêchant de tourner la tête ; la lumière leur vient d’un feu allumé sur une hauteur, au loin derrière eux ; entre le feu et les prisonniers passe une route élevée : imagine que le long de cette route est construit un petit mur, pareil aux cloisons que les montreurs de marionnettes dressent devant eux, et au-dessus desquelles ils font voir leurs merveilles. […]

– Vois aussi, le long de ce muret, des hommes qui portent des objets fabriqués de toute sorte qui dépassent du muret, des statues d’hommes et d’autres êtres vivants, façonnées en pierre, en bois, et en toutes matières ; parmi ces porteurs, comme il est normal, les uns parlent, et les autres se taisent.

– C’est une image étrange que tu décris là, dit-il, et d’étranges prisonniers. “- Semblables à nous, dis-je. Pour commencer, en effet, crois-tu que de tels hommes auraient pu voir quoi que ce soit d’autre, d’eux-mêmes et les uns des autres, que les ombres qui, sous l’effet du feu, se projettent sur la paroi de la grotte en face d’eux ? […] Platon, La République, livre VII

 

 

Platon montre que notre rapport au réel est un rapport imaginaire, médiatisé à notre insu par une langue, un milieu culturel, des habitudes de pensées... Et que nous n'avons pas forcément conscience que nos représentations mentales, nos jugements, nos opinions, nos façons d'agir sont "fabriqués" de toute pièce, sont "convenus". Nous les revendiquons la plupart du temps comme des idées personnelles alors qu'elles ne sont le fruit que du monde dans lequel nous sommes immergés. 

              D'où viennent ces limites  ?

cerveau en boite.jpg

 

Toutes ces limites nous proviennent de ce que l'on nous inculque depuis notre enfance. Bercés dans le monde des normes, de la publicité, de ce qui "est bien pour nous". 

Le conditionnement mental est le processus menant le cerveau à adopter certains modèles de pensée, tendances ou état mental. Il peut être d’origines diverses – les mass media, la société, les pairs, la famille ou le système éducatif.
Dans ce dernier cas, l’école, plutôt qu’apprendre à penser, apprend aux élèves ce qu’il faut penser afin d’en faire de bons citoyens dociles qui ne s'interrogent pas trop sur les questions essentielles.  

 

L'objectif est-il  de nous garder prisonnier d'un monde illusoire, nous évitant ainsi de découvrir qui nous sommes vraiment. Il n'y a qu'à voir comment nos instituteurs et nos professeurs nous ont déjà maintenu dans ce négatif, rien qu'en nous mettant le doigt sur nos erreurs  et nos échecs plutôt que de nous féliciter de nos réussites. Nous sommes dans la boite sans le savoir. 

 

Petit exercice ludique

 

Imaginez que vous êtes pris dans une boite dont vous ne pouvez sortir. Vous ne pouvez ni voir, ni bouger. Vous avez 4 murs, le sol et le plafond, et vous au milieu. Comment vous trouvez-vous, pris à l'intérieur ? A quoi pensez-vous ? Que ressentez-vous ? 

 

Imaginez que le mur en face est rempli de vos pensées négatives - sur vous, sur votre vie, sur le monde. Sur le mur derrière se tiennent vos peurs, vos sentiments d'insécurités,  vos doutes. Le mur de droite est rempli de vos inquiétudes sur votre avenir, vos craintes que les choses empirent. Le mur à votre gauche représente les mauvais souvenirs de votre passé. Le plafond est, quant à lui rempli de tous les gens qui vous ont "fait", vous savez, ceux qui vous disait "comment penser", "quoi faire", "quelle orientation vous deviez prendre", "quel métier vous deviez exercer", tout ça sous la sacro sainte injonction que c'est de cette manière que le monde tourne. Puis, sous vos pieds, le sol contient tous les ressentiments, les colères, les frustrations .. Imaginez un peu, vous, enfermé la dedans.

 

Prenez quelques minutes pour ressentir pleinement ce que c'est "être coincé dans la boite", avec toutes ces pensées, ces sentiments qui bloquent les "possibles". Puis laisser vos émotions surgir... ressentez vraiment le "comment vous êtes dans la boite". Vous pouvez même vous amuser à les écrire. Faites cela juste comme un jeu. 

C'est de cette manière que beaucoup de personnes vivent aujourd'hui, à des degrés plus ou moins élevés certes.

 

De cela naît ce sentiment d'impuissance, de fatalité, "on ne peut rien changer", parce que nous sommes "conditionnés" à ne voir que d'une seule façon, celle de nos parents, de nos arrières grand-parents, de nos éducateurs, de nos instituteurs, de nos professeurs, et de tous ceux qui ont marchés sur le même chemin, celui de la grande promesse des années 50.

 

             Comment entrons nous dans la boite ?

 matrix-cuve.jpg

Le "meilleur des mondes"  d'Aldoux Huxley en est une belle description : Au delà d’un monde programmé, sous antidépresseur à très grande échelle, le Soma, le rapport de l’auteur à son époque donne à la lecture d’aujourd’hui une vision intéressante. Par exemple, toute notion de déité, de Dieu, est ramenée au nom de Ford. Henry Ford est certes le constructeur de la première voiture assemblée sur une chaîne mécanique semblable aux chaînes de production actuelles mais il est surtout celui qui a inventé le travail à la chaîne. Un découpage des actions poussé à l’extrême qui représente bien le découpage en caste de la société décrite dans le roman où chacun naît pour vivre dans un seul et même milieu social. Ford est aussi connu pour avoir mis en place une politique de rémunération attractive estimant que la consommation est la solution pour obtenir la paix à un niveau global, mondialisé. L'enseignement vise à rendre le citoyen "heureux", en lui apportant des réponses pré-fabriquées pour qu'il puisse répondre à ses problèmes, par des incitations à positiver et à consommer.  Nous avons aussi le film bien connu de "Matrix" ou encore, pour ceux qui le connaissent "le prisonnier" (film des années 60).

 

La plupart d'entre nous passons donc la plus grande partie de notre vie coincés dans cette boite, à courir, à chercher un emploi, à consommer, à avoir des "opinions"... En fait nous ne regardons la vie qu'à travers une lentille. 

 

Nous ne nous connaissons pas nous-mêmes. Rien n'a été fait pour mettre en valeur tout le potentiel dont vous êtes détenteur. Au contraire même, il a été refoulé. Et pire encore, ce conditionnement nous fait croire  que ce que nous montrons est vraiment nous et qu'il n'est pas nécessaire de chercher vraiment nos talents innés. Pourtant ce que vous êtes, à l'intérieur, rêve de s'exprimer. Et le paradoxe est que nous nous interdisons justement ce qui nous donnerait l'assurance et la force inébranlable à laquelle nous aspirons profondément.  

 

A vrai dire ce qui nous empêche d'accéder à cette perspective c'est le fait de penser "dans la boite" et de croire qu'il est impossible de faire autrement. 

Quels sont les signes que vous êtes dans la boite ? 

Lorsque nous sommes dans cette boite, des milliers de pensées nous assaillent à tout moment. Il peut s'agir de peurs, de sentiments d'insécurité que ce soit pour nous ou plus largement, de doutes sur nos talents, de croyances défavorables à notre égard, d'impressions d'être coincés ou dépassés, d'inquiétudes de toutes sortes, de doutes, de mal-être ... 

 

Combien de fois n'ai-je entendu "j'ai toujours fait comme ça", "il n'y a pas d'autres solutions", "on ne fait pas ce qu'on veut dans la vie". Mieux encore, alors que je me permettais de vivre MA vie, certaines personnes me disaient "tu as de la chance, tu peux choisir". Tout le monde peut choisir !!  Beaucoup de personnes ont cette croyance de ne pouvoir être acteur de leur vie.

 

Pourquoi croyez-vous qu'il y ait tant de burn-out, de fatigue, de stress, de démotivation, de depression ? Simplement parce que la plupart des gens se sont laissés enfermés dans des boites. Nous portons des masques. Nous nous conformons à des règles dictées par un modèle (un paradigme) sans même le remettre en question. Nous suivons un chemin tracé par les autres et rarement nous nous autorisons à en sortir. Le mental nous assène de nous conduire "comme il se doit", de ne pas "sortir des clous", de "faire comme tout le monde". Ce n'est la faute à personne ou la faute à tout le monde.

Il est important de se  rendre compte que tout cela n'est dû qu'au fait de se trouver dans la boite, mais en fait il ne faut pas les prendre au sérieux. Ces pensées ne sont que le reflet d'une perception de la réalité, induite par la lentille. Quand nous sommes dans la boite, nous nous sentons pris au piège, nous avons l'impression de n'avoir aucun pouvoir de changer quoique ce soit, nous nous sentons impuissants.  C'est comme si nous étouffions et que nous nous trouvions dans l'incapacité à imaginer d'autres façons de faire.  Et tout est fait pour que nous y restions. 

!

Sauf qu'aujourd'hui, dans le monde dans lequel nous vivons, continuer comme ça est-ce la bonne solution ou suicidaire  ?

Le point de vue de la boîte

En fait ce sont toutes les pensées limitatives qui montrent que vous êtes dans la boite. Par exemple si vous vous sentez inquiets, anxieux, négatifs à votre égard ou face au monde extérieur, il est assez clair que vous y êtes ! Cela génère d'autres sentiments comme le manque d'assurance, le manque de confiance, des peurs irrationnelles... et ainsi de suite... le cercle vicieux.  Toutes les émotions qui naissent "dans la boite" ensuite sont comme des tentacules qui nous encerclent et sapent notre confiance avant même de nous rendre compte de ce qui se passe. Elles nous contraignent à penser à tous les aspects négatifs, à ce que nous ne pouvons pas faire ou avoir.

En fait cela s'explique très facilement, d'ailleurs bon nombre de chercheurs ont pu le démontrer, il n'y a qu'à retourner à l’expérience de PAVLOV - avec les stimuli pour le chien, ou encore "le théorème du singe" Vous verrez que nous sommes tous plus ou moins conditionnés. 

 

Amusez-vous encore !

 

Listez toutes les croyances et émotions que vous avez sur vous ou sur votre vie en commençant par :

- si seulement j'étais .................. 

- si seulement j'avais .................

- je n'aurai jamais ce qu'il faut pour (faire,  avoir ....) 

........ 

 

Prenez conscience de tous vos "manques", de vos frustrations qui se cachent derrière ces mots, quels sont vos freins  ? Quel nom pourriez-vous donner à ce "saboteur" ? Si ! amusez-vous à lui donner un nom ! Moi je l'appelle le "vieux cric-crac". C'est le personnage d'un conte. 

Sur une échelle de 1 à 10, quelle est votre adhésion totale à cet esprit de manque, d'impuissance, de frustration ? Intérieurement, vous êtes d'accord avec lui ou non ?

 

A vous !! 

 

En fait, comme nous l'avons vu dans la caverne de Platon, les expériences du chien et des singes, les stimuli extérieurs conditionnent nos comportements et nos attitudes face à tout ce que nous rencontrons. Au delà d'une "norme sociale" qui qualifie de bien ou de mal, les médias, l'éducation nous "formatent" c'est à dire que nous adoptons des réponses toutes faites face à de nombreuses situations ou événements parce qu'elles sont "engrammées*" en nous . Les conditionnements actuels sont surtout agissants sur les émotions et l'affectif. Ceux-ci créent de nouvelles données qui s'inscrivent dans notre cerveau en modifiant les chemins neuronaux afin qu'ils deviennent des automatismes. Et notre cher Mental s'en réjouit !! 

* En neurophysiologie, l'engramme est la trace biologique de la mémoire (trace ou artefact mnémonique) dans le cerveau.

 

             Comment sortir de la boite ? 

 

sortir de la boite.jpg

Mais savez-vous que l'on peut se sortir de la boite ? Savez-vous que nous pouvons créer nous mêmes d'autres chemins neuronaux ? Alors oui, bien sur, cela demande quelques efforts, pas beaucoup ! Dans un monde ou nous voulons tout tout de suite, ou nous croyons que nous avons droit à tout là maintenant sans délai,  où la patience et la persévérance ne sont pas les vertus dominantes, il est bien évident que cela semble un long chemin ! Et bien rassurez-vous ! Cela peut se faire dès maintenant. Comme je le dis, en adoptant la politique des "petits pas".  

Et si nous y allions !!

Vers la sortie 

"Au lieu de chercher ce que vous n'avez pas, cherchez donc ce que vous n'avez jamais perdu."      Sri Nisargadatta Maharaj

Vous méritez de rompre avec cette habitude qui consiste à vous infliger de la souffrance inutile. Nous ne sommes pas là pour ça ! 

De l'intérieur de la boite nous ne remettons pas en cause nos réactions. En dehors de la boite, nous voyons à quel point ces réactions sont trompeuses et inutiles pour vivre comme vous le voulez. Vous placerez votre confiance dans ce qui vous honore vraiment et cela changera profondément votre manière de vivre. 

 

Je me souviens d'une personne qui était venue me voir parce qu'elle souhaitait changer de poste. Ceci étant, elle avait eu une paralysie de tout le coté droit, cela ne se voyait pas. Elle était convaincue du contraire. Pour elle, c'était un lourd handicap, elle se dévalorisait, n'avait plus confiance en elle ... Et pourtant, lorsque l'on a pointé du doigt, la force, la ténacité qu'elle avait mis à l'oeuvre pour faire face à cet événement et qu'elle possédait ces qualités à l'intérieur d'elle, tout de suite, sa représentation de pouvoir changer de job c'est transformée. Elle était simplement prise au piège des "normes physiques" et du "regard des autres". 

 

Il est juste nécessaire d'identifier les moments durant lesquels vous devenez l'otage de vos "représentations mentales". C'est le premier pas ! C'est aussi ce qui permettra de démonter les mécanismes de conditionnements. Plus encore, en faisait cela, vous augmentez les chances que d'autres suivent vos pas. 

 

Commençons à penser hors de la boite !

 

Et s'il suffisait de choisir d'être libre ? Libérations des limites, des doutes, des peurs que nous nous imposons. Liberté de choisir comment nous voulons nous sentir, ce que nous voulons penser, Liberté d'agir d'une manière qui améliore notre perception de nous-mêmes et nous encourage. 

 

Imaginez qu'après de longues années dans la boite, vous vous apercevez que vous êtes capables de percer une ouverture dans un des murs et de vous hissez hors du trou. Surement que vous ressentez un grand soulagement. Et puis, vous vous surprenez à repenser à des moments où vous avez déjà vécu cet état, cette impression de liberté, d'ouverture. Et si vous les listiez ces moments, justement ! Tout le monde en a eu ! 

 

Maintenant, essayez simplement de "revivre" cet état de l'intérieur, faites comme si ! 

Comment vous sentez-vous ? Qu'entendez-vous ? Que voyez-vous ?

Si cela ne vient pas du premier coup, ce n'est pas grave, recommencez ! le mental n'aime pas être bousculé, il est donc possible que le vieux "cric-crac" revienne à la charge. Lorsque vous y parvenez, maintenez cet état ici et maintenant, face à vos choix. Votre perception a dû changer. La brèche s'est ouverte. Comment voyez-vous votre vie là maintenant, dans le présent ? Notez ce que cela représente, de vous sentir libre. 

 

De cette nouvelle perspective nous ressentons souvent une impression de bien-être, de confiance, de force. Nous nous sentons vivants. Il est possible que le "vieux cric-crac" n'apprécie pas du tout, car vous lui échappez. Ceci étant c'est de là que des possibles jaillissent. 

 

Voici quelques sentiments que vous pouvez reconnaître lorsque vous êtes "hors de la boite" : la confiance, la compréhension, la capacité à agir, l'enthousiasme .. 

Dans la boite, le sentiment d'insécurité, le ressentiment, la fatigue, les peurs de toutes sortes, la dévalorisation dominent largement.

Voyez la différence !

 

Si vous ressentez une impression de liberté, d'ouverture, de joie, ou si vous franchissez des pas qui vous poussent vers l'avant dans votre vie, vous êtes en dehors de la boite. Prenez quelques instants maintenant pour élaborer votre propre définition de cet état.  "Si j''étais en dehors de la boite, comment me sentirais-je ?, comment verrais-je la vie ? A vous de lister ! 

 

Les 4 étapes pour sortir de la boite :

 

  1. Reconnaître que vous êtes dans la boite (vous y trouverez tous les aspects négatifs cités plus haut)
  2. Mettre le problème de coté (nous ne pouvons pas nous concentrer à la fois sur le problème et sur l'envie de sortir de la boite en même temps, simplement parce que nous ne pouvons pas être dans la boite et hors de celle-ci. Le mettre de coté vous permettra de vous concentrer sur le changement à effectuer pour sortir de la boite. La clé consiste à vous concentrer sur votre liberté et non sur le problème. 
  3. Posez les 3 questions suivantes : Si j'étais en dehors de la boite en ce moment, comment me sentirais-je ? Quelles seraient mes impressions ? A quoi penserais-je ? 
  4. La dernière chose est d'agir sur ce qui vous semble vrai et juste. Les solutions viendront d'elles-mêmes. 

La liberté recouvrée 

Tout est déjà là, en vous !! Les réponses qui surgissent en dehors de la boite vous aideront à changer de point de vue dans toutes situations. Cela peut ne pas venir tout de suite, mais si vous vous concentrez sur votre but de sortir de la boite,  de nouvelles perspectives vont se présenter. Ensuite soyez réceptif à votre état. 

En répétant cet exercice, sortir de la boite deviendra de plus en plus facile. Inscrivez sur un petit "carnet de bord", au moins 2 expériences quotidiennes que vous avez vécu hors de la boite, et ce, durant 2 semaines.  Le changement de perspective sur tout ce que l'on rencontre est toujours surprenant. De cette manière, nous changeons également nos "chemins neuronaux" (plasticité du cerveau)

 

Voici l'histoire de Corine. Elle était assistante de direction dans une entreprise qui, malgré le fait qu'elle soit performante, la prenait un peu pour "Cendrillon". Elle n'avait pas de diplôme pour se permettre de postuler dans une autre entreprise et surtout de revendiquer ce poste. Durant les différentes séquences avec elle, il s'avère que ce qu'elle exerçait comme métier, était vraiment fait pour elle. Elle était convaincue que le diplôme était la clé de tout.  Je lui propose de faire une validation d'acquis de l'expérience qui lui permettrait d'obtenir un BTS, mais qu'elle postule aussi dans les entreprises que nous avions identifiées, celles qui  lui convenaient le  mieux en terme de "management et d'environnement". En parallèle, elle ne pouvait pas avoir d'enfant, là aussi, c'était une certitude pour elle. Un an après la fin de nos séances, je lui envoie un petit mot pour savoir si elle a réussi sa VAE, et où elle en est. 

 

Voici sa réponse : 

 

Bonjour véronique, 
Il s est passe beaucoup de choses. J'ai fait une rupture conventuelle en mars. Travailler dans cette boîte était devenu trop pénible alors j ai préfèré partir. J ai trouve un autre travail, plus serein qui me convient beaucoup mieux. J'ai stoppe ma vae au milieu de mon accompagnement car j ai beaucoup de choses a apprendre sur mon nouveau poste et le temps me manquait.  Et pour finir, j ai appris que j étais enceinte de deux mois. Donc beaucoup de nouvelles choses a gérer en peu de temps . Merci pour tout. Cordialement. Corine

Voila ce qui se passe  lorsque l'on sort de la boite, que l'on s'autorise à voir les choses autrement et que l'on ose l'action, même d'autres éléments peuvent se "débloquer" sans intervention !  Faites vous confiance ! Je sais que c'est facile à dire ! C'est peut-être aussi la raison pour laquelle un accompagnement n'est pas du temps de perdu ! Bien au contraire ! Il permet d'identifier clairement et sereinement le potentiel, les possibles et les réalisables. 

 

Pourquoi cet article ?

 

Simplement parce qu'au fil du temps, des années et de mon expérience, j'ai moi aussi constaté que 98% des personnes s'interdisent de changer de métier, de job et restent dans leur quotidien inconfortable  sous prétexte que c'est la seule façon de "survivre" dans ce monde.

 

Combien sont à leur place actuelle juste pour le salaire ? Combien s'ennuient ? N'apprennent plus rien de nouveau ? 

 

Dans tous ceux qui ont "osés" faire le point, tous ont un point commun : que le choix qu'ils ont fait après est bien LEUR CHOIX et non ce que l'on leur a imposé. Le constat le plus flagrant dans tous les accompagnements est que 95 % sont à leur place aujourd'hui et s'épanouissent vraiment ! 

 

Combien sont ceux, qui une fois qu'ils ont franchi le premier pas (sortir de la boite), puis le second ( l'action), ne regrettent rien ! ils disent tous que si ils avaient à recommencer, ils le feraient !! 

Une approche holistique de l'être humain et la démarche Effectuale associée 

L'approche holistique ou globale inclut tous les aspects de la vie humaine :

 

  • La dimension physique et matérielle : le corps, les évènements de la vie quotidienne.
  • La dimension psychologique : l'affectivité, la vie relationnelle, la motivation, les passions  ...
  • La dimension mentale : le fonctionnement de la pensée, l'intellect, les représentations ...
  • La dimension intérieure ou spirituelle : les valeurs, les aspirations, la quête d'un sens, la capacité d'Ouverture.

L'Ouverture peut se comprendre comme :

  • le passage de l'enfermement de la peur à la liberté 
  • une compréhension de la nature de l'être humain dans les quatre dimensions ci-dessus 
  • l'intuition de l'universel 
  • le choix de Sa vie 
  • le choix de la Vie 

En tant que Sophrologue Praticien Caycédienne depuis 1997, Je parle de VIVANCE ! La Vivance renvoie à la présence du vivant ou la perception du vivant dans la conscience, terme employé par Alphonso Caycédo.

 

Talentologue - Coach Entrepreneurial 

Articles à suivre : Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous - L'amour du travail - L'alignement professionnel ...

 

Véronique BOUTHEGOURD 

 


Pascal Colrat - Artiste, illustrateur, "L'homme décidé à sortir de la boite flottante"

son site : http://pascalcolrat.canalblog.com/archives/2016/06/12/33951291.html



26/12/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 353 autres membres