Apprenance - Entreprenance - Intelligence-collective

Apprenance - Entreprenance - Intelligence-collective

Analyse du travail et ingénierie de la formation professionnelle (Article Novembre 2013)

Quelle relation entre l'analyse du travail et la formation professionnelle ?

 

1 – La formation descend sur le terrain : la didactique des disciplines

 

De la Formation à l'Emploi

Ou

La démarche adéquationniste Formation = Emploi 

 

A chaque formation correspond un emploi. Cette parfaite correspondance existe dans certains métiers nécessitant des savoir faire très spécifiques. Elle était réelle il y a 50 ans ! 

CLASSIFICATION VERTICALE
Niveau dans l'emploi = Niveau de formation

de la specialité de formation a la fonction professionnelle.jpg

De la formation à la trajectoire professionnelle

A ce troisième niveau, il s'agit de mettre une formation face à une succession d'emplois

Cette trajectoire est forcément liée à l'expérience professionnelle acquise par l'individu qui,

pour  un diplôme initial donné sera très variée.

Dès lors, la logique « adéquationniste », n'a plus grand sens.

 

Le système de formation est conçu pour apporter une valeur ajoutée à  l'individu.

Cette valeur ajouté est multiforme : connaissances (ou cultures) générales et/ou spécifiques,

Meilleure productivité future, capacités intellectuelles générales, mentalité conforme au

Système social, diplôme obtenu).

 

Cependant il existe un « FLOU »  qui est la manifestation d'éléments « perturbateurs » :

            - métier qui n'existe plus tel qu'enseigné

            - introduction de nouvelles technologies

            - accroissement de la complexité

            - apparition de nouveaux métiers 

            - remise en cause des connaissances liée à de nouvelles découvertes .. …

 

Plus le champ d'emploi est large, plus l'adéquation « formation - emploi » est « FLOUE »

 

La formation initiale ne va plus déboucher sur un « emploi-type » mais sur différentes fonctions possibles.

> Ce qui change également :

  • Les tendances actuelles de l'organisation du travail font que les emplois sont de plus en plus généralistes, multifonctionnels, polyvalents et que l'on va vers une réduction du nombre de  niveaux hiérarchiques (type râteau tel que GOOGLE)  où d'une accentuation du « FLOU » (vu précédemment)
  • Certains types d'emplois nécessitent une expérience professionnelle et non une qualification ou un diplome.
  • La situation « économique » qui impacte directement sur le parcours professionnel (et donc sur l'expérience)

Tout ceci « oblige » à penser en terme de « trajectoire professionnelle » et accentue l'importance de la Formation Professionnelle Continue.

La relation « formation - emploi » repose sur le postulat que l'emploi

peut être défini en « qualification »  (savoirs et savoirs faire fondamentaux)

 

La logique de classement des emplois selon la qualification est fondamentalement attachée à une Organisation Fordienne du travail (la division du travail en division verticale (séparation entre conception et réalisation), et une division horizontale (parcellisation des tâches : apparition du travail à la chaîne) 

Or il est parfaitement clair que les choses ont évolué ces dernières années :

  • Formation et Emploi ne se succèdent plus systématiquement dans le temps
  • La formation s'acquiert aussi dans l'emploi.
  • L'intervention sur des modes complexes de travail est devenue source nouvelle d'acquisition des techniques de production et de services.
  • L’acquisition de nouvelles connaissances et compétences se fait aussi de plus en plus sur le terrain du fait de la vitesse de transformation tant du monde, des moyens de communication, que des connaissances. (nous retrouvons l'apprentissage expérientiel) 
Dans ce contexte, l'entreprise devient « formatrice » car elle assure une adaptation a l'emploi – dans le cas ou elle devient une « entreprise apprenante » .
Non seulement c'est un besoin mais c'est aussi une nécessité en s'appuyant sur la notion de compétences : « les savoirs en actions » .

DIFFICULTES SUPPLEMENTAIRES en ENTREPRISE

 

Elles concernent les pratiques de gestion des ressources humaines par les entreprises et la réponse du système éducatif et formatif aux besoins exprimés.

Lorsqu'elle n'est pas appréhendée que comme une variable d'ajustement, la démarche de gestion des ressources humaines des entreprises est le plus souvent empirique, au mieux extrapolative plus que prévisionnelle.

Elles concernent les pratiques et l’utilisation de la Formation Continue Professionnelle :

« La formation relève de la logique de la pratique. La logique de la pratique relève de l’action, non du discours, de la finalisation, non du désintéressement, du singulier non de l’universel, du complexe flou non de l’analysé. Bref, en formation, il s’agit de doter l’individu de capacités définies par rapport à des situations réelles, en leur complexité : des pratiques de références et contextualisées. » (Michel Fabre)

 

La Valeur Formative de l'organisation du travail et la Valeur formative de l'environnement du travail sont amplifiées par l'intellectualisation du travail (et des métiers).


10/02/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 353 autres membres